La maisonnée du Désert à Victoriaville

Il est dit dans les constitutions de notre communauté : « La spiritualité du Désert se compare à un triangle. La base est la parole de Dieu; les deux côtés, la prière et la croix glorieuse. » À la maisonnée de Victoriaville, concrètement, cette spiritualité se vit comme suit :

La Parole de Dieu

  • Elle est donnée chaque jour par téléphone à des dizaines de personnes qui nous la demandent.

  • Elle est diffusée par un livret : Ces paroles qui font du bien, à des centaines de personnes.

  • Il y en a une différente chaque jour offerte sur notre site internet.

  • Avant le repas du soir, il y a une parole de Dieu qui est lue.

  • Elle fait l’objet d’un partage à chaque rencontre de toute la Communauté qui se fait à Victoriaville.

  • Elle fait aussi l’objet d’un partage à chaque célébration eucharistique.

  • La communauté organise huit journées de ressourcement par année, offertes à tout le monde.

  • Le Désert anime chaque été deux retraites d’une semaine : une à Victoriaville et l’autre à Drummondville.

  • Deux de ses membres animent une émission hebdomadaire à Radio VM et à la télé communautaire. Dans ces trois dernières activités, la parole de Dieu est toujours l’inspiratrice de l’enseignement et de la prière.

La Prière

  • Il y a une prière à notre chapelle chaque matin.

  • Il y a presque tous les jours la célébration eucharistique.

  • La chapelle est ouverte au grand public pour l’adoration de 5 h. à 22 h.

  • Avant le repas du soir, une prière est récitée.

  • Des membres de la maisonnée participent à l’animation d’une messe pour les latinos une fois par mois à l’église Sainte-Famille.

La croix glorieuse

Dans nos constitutions, « la croix glorieuse » signifie concrètement une attention particulière aux exclus de nos sociétés, ce qui génère les œuvres suivantes.

  • À la maisonnée de Victoriaville, de 1994 à 2014, quelques 200 jeunes de 18 à 25 ans ont reçu une formation de deux à trois mois les préparant à aller faire 5 à 6 mois de travail humanitaire dans la région d’Iquitos, en Amazonie péruvienne.

  • Depuis la création de la maisonnée de Victoriaville, en 1991, nous animons le chemin de croix du Vendredi saint dans les rues de la ville.

  • Depuis 2000, nous animons l’activité « Crèches en fête ».

  • Depuis 2005, nous sommes responsables du « Noël de l’accueil ».

  • Mais l’œuvre principale de la Maisonnée est l’accueil d’hommes et de femmes qui ont fait une ou plusieurs thérapies pour vaincre des problèmes de dépendances diverses. Ces personnes, à la Maisonnée, terminent des études ou sont en recherche d’emploi. Elles viennent chez nous, parfois pour quelques semaines seulement ou pour plusieurs mois, afin de vivre une meilleure transition d’une maison de thérapie à une vie en appartement. Elles peuvent y trouver une vie communautaire et des espaces de solitude.

Bien qu’elles doivent assumer pleinement leur vie, ces personnes peuvent compter, pour mieux fonctionner seules et avec d’autres, sur le responsable de la maison, sur l’accompagnement d’une psycho-éducatrice et l’écoute d’un prêtre.

Très modestement, la Maisonnée partage le credo de Victor Frankl, qui a passé trois ans dans un camp de concentration. Elle croit en la capacité de l’être humain de transformer son destin; de pouvoir corriger la trajectoire de sa vie; de transformer une tragédie personnelle en un chant d’espoir.

L’évêque de Nicolet, André Gazaille, vient deux à trois fois par année à la Maisonnée rencontrer les résidentes et les résidents.

Que dire de plus du 90 rue Saint-Paul : la vie y est si simple!